• Perle de rosée du matin

    ... toute douce
    ... toute fraiche

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Claire était nue… entièrement nue. Antoine l’avait installée, couchée sur le canapé, les mains attachées par un petit ruban de soie rouge. Les petits jeux de langue sur ses tétons tendus et la caresse suave du plumeau sur sa peau l’avaient complètement électrifiée. Son bassin ondulait comme une vague chaude qui vient s’échouer sur le sable de la plage. Cuisses écartées, tout son corps implorait la délivrance que pourrait lui procurer son partenaire au moment où il la pénètrerait. Mais lui prenait tout son temps pour faire grandir encore plus son désir, comme s’il n’avait que faire de ses petits gémissements.

    Lire la suite...

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • C'était une idée de la grande Gudulle, la fille aînée de ma perceptrice, de s'amuser avec mes roustons et le petit bout qui va avec. Mais moi, autant je voulais son con que je voyais tripoter par sa jeune sœur, une gourmande sans pudeur, autant elle me le refusait, approchant trop dangereusement un petit soldat de bois jusqu'à effleurer mon anus si délicat.

    Lire la suite...

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Laisse couler, c'est l'été !
    Laisse couler le vent sur ta peau.
    Laisse couler le courant sur ton corps.
    Laisse couler le vin dans ta gorge.
    Laisse couler le temps sur ton conscient.
    Laisse couler les envies dans ta tête.
    Laisse couler mes mains sur tes frissons.
    Laisse couler ma bouche sur tes lèvres.
    Laisse couler ton suc sur ma langue.
    Laisse couler, c'est l'été !

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • L'objet...
                    de son désir

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • L'aigrette s'est envolée sous nos yeux pour aller se nicher et s'ébrouer tout au fond de la Ria, facétieuse, fuyant son reflet dans l'optique de l'appareil photo. Assis sur un banc en plein soleil, nous étions là à tenter de capturer dans l'objectif son envol majestueux lorsque je sentis la main de Claire se poser entre mes cuisses, puis se glisser dans mon pantalon qu'elle venait de déboutonner. Je jetais un œil à droite, à gauche de la droite puis à droite de la gauche... personne ! Je récupérais mon œil et décidais de la laisser faire. Elle s'agenouilla devant moi, entre mes jambes écartées, pour caresser de la langue l'objet de son désir; L'objectif oublia le bel oiseau blanc pour se focaliser sur mon sexe tendu et gonflé dans la bouche de Claire. Clic, clic, hmmmm...

    Lire la suite...

    Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire